Catalogue Ioniseurs

Qualité de l'air
et
ionisation atmosphérique

Nous survivons dans une atmosphère raréfiée en ions négatifs indispensables à la vie.

L'espérance de vie dans un air totalement privé d'ions négatifs est de 3 jours.

Or, nous supprimons les forêts génératrices de ces ions et notre technologie fabrique des ions positifs (écrans, moteurs...).

Notre seule défense et espérance de vie : ioniser l'air que l'on respire.

L'ionisation atmosphérique est une régénération cellulaire.

Lotre alimentation se compose de nourriture solide, liquide et gazeuse ; or, si l'on mange environ une centaine de grammes de solide par jour (nourriture déshydratée), nous consommons de 2 à 3 kg d'eau et de 15 à 20 kg d'air dans le même temps. C'est dire l'importance de la nature de cet air que notre corps va ingérer.

Qualité de l'air

L'air est un ensemble de gaz auxquels s'ajoutent des molécules d'origine naturelle (senteurs, pollens…) et d'autres moins naturelles, toutes ces pollutions chimiques et pathogènes qui nous pourrissent la vie. Ces pollutions sont présentes sous forme de particules plus ou moins grosses; les «grosses» particules (supérieures à 5µm) sont plus lourdes que l'air en général, elles «tombent» par terre et peuvent être éliminées par de simples moyens mécaniques (aspirateur, filtres…). Les particules plus petites restent dans l'air et sont donc beaucoup plus difficiles à éliminer.

Une autre caractéristique de l'air est sa charge électrique définie, comme on le verra plus loin, par son enrichissement en ions positifs (mauvais) et négatifs (bons). Chacun a déjà ressenti la différence de l'air avant ou après un orage, en ville ou à la montagne, etc.

En effet, l'air contient de l'oxygène – élément actif de l'air et de l'eau – qui peut prendre divers aspects électriques : neutre, positif (ion positif) ou négatif (ion négatif).

L'agent actif de ce «jeu» est l'électron qui, en se déplaçant d'un atome à un autre va engendrer ces ions (+) ou (-).

Qu'est-ce qu'un ion ?

Un peu de physique simple. L'atome est constitué d'un noyau entouré de plusieurs électrons:

- le noyau possède une charge positive (+)

- l'électron possède une charge négative (-)

Un atome d'Oxygène possède 8 électrons qui tournent autour de son noyau ; ce noyau aura une charge positive de 8 (+8), équilibrant les 8 charges unitaires négatives des 8 électrons.

=> Si un électron est arraché à cet atome, il n'y aura plus que 7- (7 électrons) pour 8+ (8 charges + du noyau) ; la charge résultante sera de 1+ . Nous avons obtenu un Ion Positif Oxygène (néfaste pour la vie).

=> Si en revanche on vient fixer un électron isolé sur notre atome d'oxygène du départ (équilibré), on aura 9 électrons. Nous avons obtenu un Ion Négatif Oxygène (bénéfique).

Les ions négatifs oxygène sont indispensables au bon fonctionnement du corps humain : d'une part en provoquant le fonctionnement des cellules, d'autre part en favorisant la circulation des liquides dans notre corps (sang, lymphe, liquide céphalo-rachidien...

Ions ( En haut : atome oxygène ; en bas à gauche ion (-) ; en bas à droite ion(+).

Fonctionnement de nos cellules

La cellule obéissant à la Loi de répartition des charges, est «négative» à l'intérieur et «positive» à l'extérieur.

1. S'il y a déficit d'électrons (négatifs) dans la cellule (fig.1), la charge positive extérieure formera un rempart infranchissable pour les électrons à l'intérieur.

Ceux-ci ne pourront pas s'échapper vers l'extérieur, la cellule n'envoyant plus de «messagers» n'appliquera plus son programme, il n'y a plus d'échanges, les phénomènes d'homéostasie sont bloqués, la cellule se sclérose et meurt, entraînant des disfonctionnements.

2. S'il y a enrichissement d'électrons dans la cellule, la rendant majoritairement «négative» (fig.2), les électrons - porteurs du message d'application de la cellule (sous forme des Spins de ces électrons) - vont s'échapper vers l'extérieur.

Ils «communiqueront» en provoquant les phénomènes d'homéostasie ; c'est le grand principe de la Vie.

Circulation sanguine

Considérons un tuyau (canalisation, artère ou autre) représenté ici en coupe. L'extérieur est couvert de charges (+) et l'intérieur de charges (-).

1 er cas : le fluide circulant est positif

Les particules positives vont être attirées par la paroi négative ; il y a freinage des particules, du fluide, et la pompe de circulation (pompe hydraulique, cœur,...) va peiner. De plus, des dépôts vont se produire et encrasser les «canalisations».

2 e cas : le fluide circulant est négatif

Les particules négatives seront repoussées par la paroi négative provoquant une hyper-fluidité et la pompe - ou le cœur - fonctionnera sans aucune fatigue.

De plus les dépôts présents seront frottés par le fluide circulant plus vite et donc progressivement arrachés car fortement négativés par le fluide et repoussés par la paroi.

Ces exemples nous montrent l'intérêt vital de respirer des ions négatifs qui vont enrichir nos cellules en électrons.

Les « ions » dans la nature

L'impression de bien-être, universellement reconnue, à la montagne, dans une forêt, près d'une rivière ou d'un torrent, est directement liée à l'importante concentration en ions négatifs de ces lieux.

Ils sont nécessaires à la Vie. Or, on constate dans l'atmosphère, une concentration très variable d'ions négatifs :

•  50 000 ions négatifs/cm 3 au pied d'une cascade

•  5 000 à 10 000 en montagne

•  2 000 à 5 000 après un orage

•  500 à 1 000 dans la campagne

•  20 à 500 en milieu urbain

•  10 à 50 en appartement bureau

•  0 à 10 en local climatisé

En revanche, les ions positifs (mauvais) sont présents avant un orage, provoquant énervement et tensions, et dans certaines régions du globe sous forme de vents qui «rendent fou» (l'autan, le fœhn, etc.).

De plus, l'homme s'acharne à faire disparaître les forêts qui nous donnent des ions négatifs, et crée une technologie ne générant que des ions positifs : écrans TV et ordinateurs, moteurs électriques et thermiques, etc.

D'où l'intérêt de recréer cet air électronégatif indispensable à notre survie.

La solution existe : l'Ionisation atmosphérique.

Mais attention : ne pas confondre !!!

Ionisation industrielle

Stérilisation des aliments par irradiation radioactive. Résultat : aliments morts et irradiés.

Ionisation atmosphérique

Enrichissement de l'oxygène en électrons. Résultat : air et aliments vivants et redynamisés.

Ionisation industrielle

Depuis quelques années est apparue une technique de conservation basée sur l'irradiation radioactive appelée pudiquement «ionisation industrielle».

Cette technique consiste à irradier fruits, légumes et même l'eau de boisson afin de tuer tous les germes coupables de faire «pourrir» les végétaux. En effet, ils ne pourrissent plus étant donné qu'ils sont morts. Ils n'ont plus aucune vitalité, ne nous apportent plus aucune énergie et en plus contiennent des traces significatives de radioactivité. Le terme d'«Ionisation» est totalement inapproprié ; il semble qu'il aie été utilisé pour sa connotation qualitative.

Ionisation atmosphérique

Un ioniseur atmosphérique est un appareil qui envoie des ions négatifs dans l'atmosphère (de 10 000 à 40 000 milliards par seconde!)

Principe

U n circuit électronique fabrique une haute tension électronégative qui, appliquée à des pointes, envoie des électrons dans l'atmosphère (effet Corona); ceux-ci rencontrent des atomes d'oxygène de l'air et les enrichissent, engendrant ainsi des ions négatifs.

Un ioniseur ne fabrique pas d'ions négatifs ; en effet, un ion négatif est un atome d'oxygène enrichi d'un électron. On ne «fabrique» pas d'oxygène !!!

L'ioniseur prélève des électrons au secteur et les propulse dans l'atmosphère.

Effets de l'ionisation atmosphérique

1. Purification de l'atmosphère

Toutes les particules en suspension dans l'air ambiant étant électriquement neutres ou positives (pollution), les ions négatifs vont être attirés par ces particules (effet d'attraction électrostatique). Ces poussières et particules, étant rendues électriquement négatives par ces ions, seront ensuite précipitées au sol, sur les meubles et les murs par ce même principe électrostatique.

L'air sera ainsi purifié. Un ioniseur atmosphérique suffisamment puissant, placé dans une pièce, enlève de 80 à 90% des poussières et particules en 1 à 2 heures. En fonctionnement permanent, l'atmosphère de la pièce sera débarrassée de plus de 95% de la pollution.

2. Passage de l'oxygène dans le sang

Quand on respire, l'air entre dans les poumons puis dans les alvéoles pulmonaires; mais si cet air ne contient aucun ion négatif, l'oxygène ne passe pas dans le sang! Le sang n'étant plus oxygéné, il s'ensuit très rapidement des troubles graves.

Les travaux de Métadier, Rager et d'autres montrent :

- 1 ion négatif laisse pénétrer environ 100 molécules d'oxygène,

- si l'on enferme un être vivant dans une pièce correctement aérée mais totalement désionisée, son espérance de vie est de 3 jours.

Heureusement, il y a pratiquement partout un peu d'ions négatifs permettant le passage d'oxygène dans le sang; mais leur action est proportionnelle à leur quantité ; ceci explique l'état désastreux de notre santé. Ceci est tellement connu par les scientifiques, que dans les atmosphères confinées comme les navettes spatiales ou les sous-marins, on installe toujours des ioniseurs atmosphériques ; non pour leur bien-être, mais pour leur survie.

On voit que le passage de l'oxygène dans le sang n'est pas lié à la quantité d'oxygène dans l'air mais directement à la quantité d'ions négatifs. Ceci est d'ailleurs vérifié de la manière suivante : on sait qu'on respire mieux à la montagne qu'en plaine ; or, à la montagne, il y a moins d'oxygène et plus d'ions négatifs qu'en plaine.

3. Augmentation de nos défenses immunitaires

En vivant dans une atmosphère chargée d'ions négatifs, toutes nos cellules vont s'enrichir des électrons présents ; or on sait que les cellules bien portantes sont électronégatives et les cellules déficientes sont électropositives.

Nos cellules étant enrichies d'électrons vont fonctionner correctement, augmentant considérablement nos défenses immunitaires.

4. Radicaux libres

Les radicaux libres sont des molécules, particules ou cellules auxquelles il manque des électrons.

Les radicaux libres étant instables vont donc chercher des électrons autour d'eux pour se stabiliser ; de ce fait, ils vont prélever ces électrons sur les cellules voisines qui, appauvries, vont mal fonctionner et engendrer des pathologies.

Les ions négatifs que l'on respire réalimentent ces radicaux libres en électrons, les rendant stables électriquement : les «radicaux libres» sont automatiquement supprimés .

Effets sur la santé

Les Pr. Métadié, J.F. Dusailly, les Dr Donadieu, Rager, Hervé Robert, André Masson et bien d'autres depuis près d'un siècle (voir la bibliographie) ont démontré les effets positifs et spectaculaires de l'ionisation atmosphérique.

Citons le Dr Donadieu :

  • hypertension et hypotension (régulation),
  • rhume, rhinite, sinusite, bronchite, emphysème pulmonaire, asthme et toutes insuffisances respiratoires,
  • troubles menstruels et de la ménopause,
  • trac et hyperémotivité, insomnie,
  • migraine,
  • brûlures, cicatrisations difficiles, dermatoses.

Le Pr Dusailly insiste sur ce « puissant moyen de lutte contre le vieillissement et l'altération de la santé ».

Écran et santé

Les écrans T.V. et ordinateurs envoient des «ions positifs» en très grande quantité ; on mesure de 5 000 à 10 000 ions positifs/cm 3 à 1m de l'écran.

Ces ions positifs viennent «manger» nos électrons, créer des radicaux libres, détruire notre champ énergétique et nos défenses immunitaires.

C'est déjà grave avec une T.V. que l'on regarde à 3m environ, mais ceci devient dramatique avec un ordinateur, l'écran étant à 50 ou 60 cm de nous. Pour donner une idée du massacre, travailler 8 heures devant un écran détruit à 75% notre champ énergétique et il faut 2 jours – dans des conditions normales (campagne…) – pour le reconstituer; or en général, on recommence dès le lendemain !!!

Un ioniseur atmosphérique placé dans la pièce produisant plus de 100 000 ions négatifs/cm 3 à 1m va totalement balayer tous les ions positifs (+) et recharger l'air en ions négatifs (-).

La bibliographie est un tout petit aperçu des ouvrages consacrés à l'aéro-ionisation. Des centaines de livres et thèses ont été écrits durant ces 50 dernières années confirmant l'intérêt thérapeutique de cette technique. On peut se demander pourquoi celle-ci reste méconnue, voir occultée, et à quelles fins ?

Yves Guin

Bibliographie

Donadieu, L'aéro-ionisation , Éd. Maloine, 1987

Métadier, L'ionisation de l'air et son utilisation, Éd. Maloine, 1978

Les Oxions, Éd. Godefroy, 1983

Les vitamines de l'air, 1987

Rager, Problèmes d'ionisation et d'aéro-ionisation , Éd. Maloine, 1975

Hervé Robert, Ionisation Santé Vitalité Éd. Artulen, 1989

Breton J., L'air en péril, Éd. Vivez Soleil, 1992


Spin

Tout électron possède un « Spin ».

Le spin (tourner en Anglais) est un mouvement de rotation de l'électron sur lui-même et autour du noyau, tout comme la terre tourne sur elle-même et autour du soleil.

Mais ces mouvements sont nombreux:

- rotation sur elle-même,

- précession (rotation de son axe Nord/Sud selon un angle de 23°27 en 26 000 ans),

- mouvements de nutation (oscillations autour de ses axes),

- et de nombreux autres mouvements.

Les électrons possèdent des mouvements analogues et deux remarques sont à faire :

- tous les «spins» des électrons d'un même corps pur sont identiques ; ce qui veut dire – par exemple – que tous les spins de tous les électrons du cuivre sont identiques,

- les spins des corps purs sont tous différents entre eux : les spins du cuivre sont différents de ceux du fer, différents de ceux du plomb.

Ces spins varient en vitesse, sens de rotation, inclinaison des axes de rotation, etc. Ils apportent une personnalité unique à chaque corps pur.

Mais ces électrons peuvent se charger d'un autre spin !

Supposons qu'un électron du cuivre s'échappe et rentre dans un atome de fer ; il gardera son spin du cuivre mais se chargera de celui du fer ; on dit que l'électron s'est chargé de la mémoire du fer. Et ainsi de suite, un électron peut véhiculer un ensemble de « Mémoires » ou « Spins ».

Cas de la cellule

Toutes nos cellules possèdent dans leur noyau des centrioles qui sont de microscopiques bulles d'eau à l'intérieur desquelles se trouve un micro cristal de silice (Quartz SiO 2 )

Ce micro cristal a une fonction très spécifique : il prélève dans notre A.D.N., des séquences qu'il ordonne dans un ordre bien précis : c'est la fonction de la cellule hôtesse ; ainsi la cellule exécutera sa fonction pour laquelle elle est prévue.

S'il y a présence d'électrons en quantité suffisante, ils seront le support pour porter et véhiculer les informations du centriole vers la cellule (Spin de l'électron) ; d'où la nécessité d'être électronégatif.

Yves Guin,Ingénieur en électronique physique

Catalogue d'ioniseurs atmosphériques